top of page

Confiné depuis 10 ans mais en mission !

Lecteurs, lectrices, abonnés ou simples visiteurs, bien le bonjour !

Que la paix et la joie de Notre Seigneur Jésus-Christ vous accompagnent.


L'épisode précédent s'est terminé par ce moment où le Seigneur me fit connaître par Sa prophète, la mission qui m'attendait : « Tu seras médecin des coeurs. (...) Tu ramèneras des âmes à Dieu. »

Je sors de là le sourire jusqu'aux oreilles avec un fardeau immense en moins : Je n'ai plus à m'inquiéter de mon avenir professionnel ! C'est juste énorme ! Je ne sais pas ce qui m'attend concrètement mais merci Seigneur, merci, merci, MERCI !

Fini la mission locale, en route pour la mission divine !

À partir de cet instant, s'installa une situation (trop) récurente dans mon parcours : l'attente.

Les mois passent... une année passe... « Bon ok Seigneur tu m'as dis que j'aurai une mission mais combien de temps vais-je devoir attendre comme ça ? » ... deux années passent. C'est long, beaucoup trop long, je me lève tous les matins sans but, je ne sais plus ce que c'est que de voir du monde, il peut s'écouler une semaine entière sans que personne ne vienne me parler sur internet, des mois sans que mon téléphone ne sonne sauf pour raisons administratives, je me surprends à parler tout seul à voix haute, chose qui me paraissait inconcevable jusqu'alors, bref ça commence à peser sérieusement. Les seules fois où j'ai entendu un juste descriptif de ce que je vivais intérieurement, c'était en visionnant des films ou documentaires sur des prisonniers en cellule d'isolement, sur la torture ou encore les expérimentations sur la psychologie humaine. (toutes proportions gardées)


Lors d'une énième rencontre avec cette prophète, le Seigneur m'explique que ma mission s'accomplit déjà. Dès lors, regardant mon quotidien sous un oeil nouveau, je réalisai qu'en effet je servais Dieu, en écoutant, consolant et conseillant des personnes venues se confier à moi, souvent à ma grande surprise. Je fus interpellé particulièrement lorsque je vîs en l'espace d'un mois, trois personnes différentes se mettre à me raconter leur vie sans qu'on ait eu le temps de sympathiser. Cela me marqua d'autant plus que dans les trois cas il était question de manifestations surnaturelles démoniaques et pour deux sur trois, de sévices sexuelles durant l'enfance. Je me souviens m'être interrogé : « Mais c'est fou ça ! Pourquoi me raconter ça à moi ? Pourquoi m'est-il donné d'entendre ces choses assez dures et plutôt spéciales ? Je n'ai pourtant rien partagé qui puisse faire penser que je peux entendre ces choses voire y apporter une aide... » (Je ne suis pas concerné par ces choses, ni de près ni de loin.) D'ailleurs, que ce soit pour ces trois cas ou d'autres encore, je me suis souvent demandé ce que j'allais bien pouvoir répondre. C'est là que l'Esprit Saint entrait en action. Des mots surgissaient comme ça sans trop savoir d'où ils venaient ni s'ils allaient trouver écho dans le coeur de la personne. J'étais toujours stupéfait en voyant les réactions positives que mes réponses engendraient, des réactions du style : « Merci vraiment, tu peux pas savoir comme tu m'as aidé ! »


À l'inverse, lorsque je voulais aider quelqu'un, insistant par ma volonté, par mes propres moyens, je faisais face à un mur. Quand j'étais dans la volonté divine donc, là c'était quelque chose ! Parfois, avant même d'avoir la réaction, juste après avoir écrit, j'avais un mouvement de recul et me disais : « Non mais c'est moi qui ai écrit ça ? Comment j'ai fait pour sortir tout ça ? » De même, lors de débats publics sur les réseaux concernant divers sujets sociétaux, j'avais des retours assez incroyables pour moi qui n'ai aucun diplôme et étais si mauvais en dissertation. Sans en prendre conscience aussitôt, j'assistai alors à la réalisation d'une prophétie me concernant : « Tu ne feras pas d'études, Je mettrai en toi les connaissances dont tu auras besoin. »

Ma mission s'exercait donc, caché derrière un écran, isolé, pas même un contact catholique à l'horizon.


Deux années de plus s'écoulent et je découvre la page facebook Vie & Partage Paris qui diffusait témoignages et exhortations. Oh quelle joie d'entendre des jeunes comme moi témoigner de leur foi, et je précise, leur foi catholique ! Car jusqu'alors les seuls jeunes que je voyais témoigner de la sorte étaient protestants. Mais dans le même temps, quelle frustration de ne pouvoir prendre part à une telle communauté ! J'habite trop loin et ne peux plus conduire à cause de problèmes de vue. Quand bien même le pourrais-je, il faut ajouter à cela une impossibilité d'être présent dans un lieu de rassemblement quelconque, d'autant plus s'il y a de la sono puisque je souffre d'acouphènes et d'hyperacousie. Cinq années à faire le DJ auront suffi à bousiller mon audition. J'ai bien repéré quelques membres à ajouter sur ce même réseau social, mais à quoi bon ? Ils ont sûrement autre chose à faire que de nouer une relation virtuelle avec un Breton qu'ils ne connaissent ni d'Adam ni d'Eve. Ils ont une vie eux ! Malgré tout, pour le remercier de tous ces partages, je décide d'envoyer un message audio d'encouragement à Christophe, berger ô combien dévoué de ce cheptel parisien ! Après m'avoir à son tour chaleureusement remercié, il me demanda l'autorisation de diffuser mon message à leur prochaine réunion, ce qui fut fait. S'en suivi rapidement une demande de témoignage, un défi que je fus incapable de relever, abandonnant au bout d'innombrables essais tant je me trouvais nul. De toute façon, à quoi bon ? Puisque je ne peux les rejoindre... Frustration, encore et toujours.


C'était sans compter un événement nouveau qui surviendra trois ans et demi plus tard : le confinement.

Aussitôt j'ai pensé : « ils vont faire quelque chose pour se réunir sur internet, c'est obligé ! » Ah vous imaginez bien que j'étais au taquet ! J'avais bien anticipé et c'est ainsi qu'a débuté une nouvelle étape de ma vie avec une entrée plus concrète dans l'aventure Vie et Partage qui, de fil en aiguille m'a amené jusqu'ici, voguant par la grâce de Dieu et la gentillesse d'Ingrid sur l'Océan Infini de Miséricorde. Cette nouvelle étape préfigure l'accomplissement d'une autre prophétie reçue en 2017 dans laquelle Jésus Christ-Roi me dit : « Je te conduis dans ces temps qui vont être plus difficiles maintenant pour d'autres, mais pour toi ce sera enfin, la joie sur le chemin du retour. » Alleluia !


Eh oui, l'année 2020 a été très particulière avec la pandémie et sa dictature sanitaire. Par cet événement, de nombreuses personnes ont découvert que leur vie n'a de sens que par leur travail, leur sport, leurs sorties, leurs amis, leurs familles, ou bien sûr leur bonne santé. "Car où est ton trésor, là sera aussi ton cœur." (Matthieu 6:21) Cela a même touché des chrétiens, apparemment fervents. C'est sûr qu'il est facile de louer Dieu quand tout va bien !

Quant à moi, eh bien si vous suivez vous aurez compris que cette situation n'a apporté aucun changement à ma vie puisque je ne sortais déjà plus de chez moi depuis des années, ne travaillant pas et n'ayant personne à voir. C'est que le déménagement a bien percé le pneu de l'amitié, qui a fini à plat. Il faut dire que ce pneu n'était déjà pas très bien gonflé puisqu'il s'est avéré que ces amitiés n'étaient pas fiables. Alors t'essayes de le regonfler comme tu peux avec des amitiées virtuelles via les réseaux sociaux mais là ça fuit assez régulièrement. Je dois cependant avouer que le déménagement n'est pas seul en cause dans cette affaire de crevaison. En effet, cette situation de vie si particulière ne peut être comprise par tous. Déjà, quand tu ne fais qu'exprimer ta souffrance, ça fait fuir pas mal de monde. Quand t'expliques à celles et ceux qui restent que tu ne peux rien faire à ta situation, que de toute façon tu as la certitude que ce désert est voulu de Dieu et a son utilité, et que tu attends une mission qui doit venir sans savoir quand ni comment si ce n'est par le biais d'une femme à qui Jésus parle directement... euhhh ouais bon, le gars a un problème hein...


Donc, avec 10 ans de confinement ou désert, vous vous doutez bien que les mesures sanitaires prises en 2020 ne m'ont pas bousculé le moins du monde. Mieux ! Elles m'ont permis de rejoindre une communauté de frères et soeurs en Christ (même si ce n'est encore que virtuel), et c'est pour cela effectivement que, même si physiquement je souffre de plus en plus avec le temps, c'est enfin la joie !


THE END.

Vraiment ? Nooon, bien sûr que non ! Au contraire, ce n'est que le début !

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page