top of page

Dans Ses yeux

Lorsque j'étais plus jeune, mon esprit, mon corps, et mon âme étaient plutôt tournés vers Dieu. Lorsque j'ai grandi, mon regard s'est porté sur les autres et non plus sur Dieu. Ainsi, c'est tout mon esprit, mon corps et mon âme qui se sont détournés de Lui. En fait, il arriva que je regardais ce que les autres avaient, comment ils étaient, de quoi ils parlaient, pour découvrir ce que je n'avais pas, qui je n'étais pas. Confuse, je voyais les autres toujours "mieux" que moi. Ils étaient beaux et belles, j'étais laide. Ils étaient grands et robustes, j'étais petite et chétive. Je me méprisais, me dévalorisais, j'avais honte de moi... Et, n'osant plus affronter leurs regards, je marchais la tête baissée. Parfois, j'évitais les lieux où il y avait trop de "monde" et privilégiais à la place de grands détours... Il y a eu de ces personnes qui se sont moquées de ce que j'étais ou n'étais pas également, ouvertement ou en bruit de couloir, et ce, pendant près de dix ans. Mon regard détourné de Dieu, focalisée sur ce que je n'avais pas, sur ce que les autres pensaient de moi, et sur toutes autres choses qui n'étaient pas Dieu, la tristesse m'a envahie, puis la solitude ainsi que le vide.


Les années avaient passé et les blessures s'étaient accumulées : le rejet, les abandons, les trahisons, les injustices, les humiliations. Mon cœur était meurtri et alors que les années défilaient, je changeais et une carapace s'étaient amoncelée autour de moi. J'étais devenue une personne fuyante, puis dépendante avec la peur au ventre d'être abandonnée, maniaque, perfectionniste, contrôlante. Et avec ça, le péché se faisait grandissant en moi, notamment la convoitise, l'orgueil, la vanité qui avaient envahi mon cœur. Aussi, je devenais rebelle, blessante et désobéissante envers mes parents. Les tenues vestimentaires que j'arborais, toute ma présentation devenait autre au fil du temps. Je désirais plaire aux Hommes, ne laissant plus passer aucun détail. Mes cheveux, le maquillage devaient toujours être parfaits, manucure et pédicure se devaient de l'