top of page

"Je n'avais qu'un désir, c'était de mettre fin à mes jours"

Bonjour Chers Lecteurs !


Je rends grâce à Dieu, car il me donne l’opportunité de témoigner de Sa Gloire dans ma vie. Et merci Maman Marie pour ton intercession.

Je suis née il y a 30 ans dans une famille Martiniquaise de tradition catholique.

Je suis l'aînée d’une fratrie de 3 filles et nous avons grandi avec nos deux parents mariés.

Comme la plupart des enfants dans la famille, j’ai été au catéchisme et en cheminement, j’ai même effectué ma confirmation à 14 ans sans savoir ce que c'était, car mis à part ma mère, on pratiquait peu dans ma famille. Mon père, malheureusement, n’était pas très présent au sein du foyer ; il pratiquait l’occultisme.

Enfant, j’étais un peu difficile, très précoce pour mon âge. Ma mère pour me protéger souhaitait que je me cache, surtout vis-à-vis de mon corps, qui me faisait ressembler dès l’âge de 12 ans à une jeune fille de 18-19ans. Elle était assez exigeante envers nous et souhaitait vraiment qu'on réussisse dans tous les domaines.

J’ai été, dès mon plus jeune âge, bercée par les disputes, les paroles dévalorisantes et rabaissantes dont était victime ma mère. Etant très attachée à elle, j’ai commencé à vouer une haine profonde envers mon père, ce qui a entraîné des relations conflictuelles durant toute mon adolescence.


En début d'adolescence, j'avais peu d'amour pour moi, mais je savais que je plaisais beaucoup aux hommes, surtout physiquement. Donc j'ai très vite commencé à accumuler les relations, beaucoup de relations courtes et pas très sérieuses.

Désirant fuir mon quotidien familial et particulièrement mes parents j’ai décidé à l’obtention de mon bac de partir « vivre ma vie » en Métropole sans les concerter. Je suis arrivée là-bas en 2008 et je suis tombée en dépression.. J'avais le mal du pays, j’étais en échec scolaire et mes parents me le reprochaient. J’ai vécu toute cette période comme une forme de rejet de leur part.


Je sais, qu’à cette époque, même si je n’étais pas proche de Dieu, qu'il était présent. Cependant, je continuais ma vie sans me soucier de rien. J’ai commencé à travailler pour subvenir à mes besoins et surtout ne plus être dépendante financièrement de mes parents. Parallèlement à cela, je continuais d’enchainer les relations, avec plusieurs infidélités de ma part. Par la grâce de Dieu, je parviens à intégrer l'école d'infirmière et je m'aperçois que c'est un métier qui me correspond, moi qui me sentais inutile, me voici qui soigne les personnes malades. Je débute en parallèle, une relation stable pour moi à l’époque mais qui se résume par les sorties en soirée, l'alcool, les voyages, les restaurants, la fornication à outrance etc... Diplômée en 2014 et en couple depuis 2 ans, nous décidons de nous installer ensemble. Deux mois après notre emménagement, je découvre qu’il me trompe. Dans une dispute assez violente, je reçois un coup de poing de sa part. Il s’est excusé par la suite et m’a promis de ne plus recommencer.


C’est à ce moment qu’à commencé, pour moi, une véritable descente aux enfers. J’ai vécu pendant 2 ans de 2014 à 2016 des intimidations, des violences et une emprise psychologique. Cette relation s’est terminée par une dispute violente physiquement. Je ne pouvais plus continuer à vivre tout cela. J’ai décidé d’en parler à mes parents et leur réaction m’a profondément blessée. Ils m’ont tenu des propos tels que : « peut-être que tu as fait quelque-chose qui lui a déplu, etc.… ». À cette époque j’avais honte, je me sentais comme une moins que rien. Pour ne pas retourner avec lui j'ai enchainé les relations.

Je pensais que personne m'aimait, que les hommes que je fréquentais n’étaient là que pour mon corps et rien d'autre. J’ai eu beaucoup d'idées noires et je n'avais qu'un désir, c'était de mettre fin à mes jours.


Début 2017, après avoir fêté mes 26 ans, j'ai commencé à entendre des voix qui me disaient que personne ne m'aimait et qui m’incitaient à me défenestrer de mon 4ème étage. À ce moment, ma petite sœur m'a appelée sans savoir ce que je vivais et me parle d'un frère protestant qui évangélisait dans son travail et elle me transmet son numéro. Le lendemain, j'appelle le frère et il commence à me parler de Jésus et me demande si je le connais. Naïvement j'ai dit oui, le petit Jésus de mon enfance etc...

Il m’a demandé si je savais prier, j'ai dit non à part les prières apprises par cœur au catéchisme. J’étais dans un réel état de détresse et je ne comprenais pas pourquoi il me parlait de Jésus. Et là, il me fait écouter des louanges, ça m’interpelle et je commence à me demander « qui est ce Dieu que tout le monde adore ??? ». Quelque-chose s'inscrit dans mon cœur à ce moment. Moi qui étais accro au sex, à la pornographie, qui était boulimique, à cet instant, je ressens en moi qu'il faut que je sois chaste et pure.

J'ai commencé à aller à l'église protestante mais je ne m’y sentais pas à ma place et je me sentais très seule. J’ai donc quitté cette église et j'ai repris ma vie en main en continuant à écouter des louanges. Toutes les voix de mort que j'entendais auparavant avaient disparues.


Je me suis mise à nouveau en couple vers avril 2017, mais je n'étais pas heureuse même si tout se passait bien. Étant encore charnelle, j'ai replongé dans la fornication (relations sexuelles hors mariage) et ça me rendait profondément triste de péché. Je ressentais un vide profond dans mon cœur. En Juin de la même année, je me suis rappelée qu'en 2013 j'avais été dans un groupe de prière, « Vie et Partage », qui est aujourd'hui une Communauté Catholique Diocésaine. L’idée d’y aller était comme une évidence. J’ai donc participé à leur dernière rencontre fin Juin. Là-bas, j’ai été bien accueillie et des frères ont prié pour moi. Je n’ai absolument rien ressenti mais je sais qu'une graine a commencé à germer en moi à ce moment là. En Septembre 2017, j'ai recommencé à aller à l'Eglise catholique, à la messe. Je ressentais le désir de réapprendre les bases de la foi. J’ étais attirée et je m’y suis accrochée.


En parallèle, ça allait de moins en moins bien dans mon couple. Nous enchainions les disputes car mon désir d'abstinence sexuelle lui posait problème sachant qu’il n'était pas vraiment croyant. J’ai donc dis : "Seigneur permet que j'aime mon copain comme tu veux que je l'aime et que lui m'aime comme tu veux qu'il m'aime".

Deux semaines plus tard, une phrase s'est inscrite dans mon cœur : "Stessy je t'aime."

J’ai eu la conviction que c’était Jésus qui me parlait. J’étais tellement émue que j’en ai pleuré toutes les larmes de mon cœur, Jésus m'a dit qu'Il m'aime, wouaw.

Ensuite j'ai reçu une force extraordinaire de confiance en moi, j'ai pu me séparer de mon copain de l'époque car notre relation devenait de plus en plus toxique. Cela n'a pas été facile car il me parlait de mariage et d’enfants et c'est ce que je désirais le plus. Mais j'ai dit “OUI à Dieu”, j’ai choisi d’écouter Sa voix.


J'ai effectué ma première retraite spirituelles à Lourdes en Janvier 2018 avec la Communauté Catholique Vie et Partage. Là-bas, j'ai été touchée par la Vierge Marie, Mère de Jésus. Depuis cette retraite, j’essaie de faire mon chapelet au quotidien afin d'ancrer le "oui" que j'ai donné dans mon cœur. J'ai également eu une grâce de lecture de la Bible qui m’a permis de dévorer le Nouveau Testament et d’apprendre à connaître Jésus pas à pas.

Il y a une seule chose que je peux dire aujourd'hui, c'est que Dieu est capable de venir vous chercher dans n'importe quelle situation.

Jésus m’a sauvé la vie, sans lui je ne serais pas de ce monde.

Gloire et Louange à Toi mon Dieu !


Pluie de bénédictions sur vous !


Stessy


コメント


コメント機能がオフになっています。
bottom of page