top of page

"Je souhaitais marcher à la suite du Christ. Je voulais le servir pleinement."


Bonjour, chers bien-aimés de Dieu. J’espère que vous vous portez bien avec le secours de la Sainte Grâce. Avec cette entrée au Carême, nous cheminons à travers les différents déserts de nos vies. Pour nous chrétiens, cela représente un temps de conversion, de jeûne, de prière, de patience, de préparation, de laisser Dieu agir en nous.

La parole déclare dans Matthieu 8:2 : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier ».

Tout comme le lépreux, laissons Dieu nous transformer, nous guérir, nous guider, nous purifier selon sa Volonté.

Un jour, une sœur en Christ m’a demandé si j’avais déjà expérimenté le feu de l’Esprit Saint. En y réfléchissant cela me questionna sur ma conversion, mon cheminement avec Dieu, la mission.


Le Samedi 20 Octobre 2007, je reçu le sacrement de la Confirmation. Ce jour fut très spécial et important pour moi. J’ai renouvelé le « Oui » solennel de mes parents, parrain et marraine. Afin de mieux vivre cette préparation à ce sacrement de l’initiation chrétienne, Dieu me permis de découvrir la signification du baptême. C’est-à-dire être plongé dans la mort et la résurrection du Christ. Durant cette période formatrice en étant animatrice de baptême pour enfant, j’ai compris ce que représentait le baptême avec l’eau et celui avec l’Esprit. Matthieu 3, 11 : « Pour moi, je vous baptise dans l’eau en vue du repentir ; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d’enlever ses sandales ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le Feu ».


Je souhaitais marcher à la suite du Christ. Je voulais le servir pleinement de tout mon cœur et être envoyée en mission pour Sa Gloire. L’une de Ses paroles résonnait très fort en moi. « Tu es mon Fils, bien-aimé, tu as toute ma faveur » (Marc 1:11). Plus j’accompagnais (des personnes / enfants sur le chemin du baptême), et plus j’entendais le Seigneur me parler : « Tu es ma fille bien-aimée, en toi j’ai mis toute ma faveur ». Je ne le savais pas à l’époque, mais Dieu me frayait déjà le chemin. « Voici que je vais faire une chose nouvelle, déjà elle pointe, ne la reconnaissez-vous pas ? Oui, je vais mettre dans le désert un chemin, et dans la steppe, des fleuves » (Isaïe 43:19).


Mon frère, ma sœur sache que Dieu a permis cela. Il m’a d’abord envoyée annoncer sa venue au sein de la Paroisse qui m’a vu naître et grandir spirituellement. Puis, j’ai pu intégrer une chorale, chanter de la louange pour sa gloire, j’ai été animatrice de baptême pour enfants mais aussi animatrice de cheminement et cela pendant plusieurs années.

En outre en 2016, j’ai eu la grâce de partir en Pologne pour les JMJ de Cracovie. Et quelle expérience ! (Plus jeune, il m’arrivait de voir des millions de chrétiens à travers la télévision de mes parents durant ces évènements qui semblaient fabuleux. Jamais je ne me serais imaginée pouvoir y participer). Personnellement je n’avais pas fait cette démarche. Et pourtant Dieu lui-même m’appela à aller en mission, par l’intermédiaire de l’ancien curé de la paroisse. Il évoqua le sujet avec moi, puis j’en ai discuté avec mes parents.


J’ai dit : « Oui » sans réellement savoir ce dans quoi je m’engageais. Et c’était vrai.

La plupart des personnes se préparent pendant au moins 3 ans pour les JMJ que ce soit spirituellement et/ou économiquement. Moi, lorsque j’ai dit « Oui » en décembre 2015, les inscriptions étaient clôturées. Et pourtant Dieu avait déjà frayé le chemin pour moi dès ma Confirmation en 2007. Le jour où je tentais de m’inscrire, Dieu ouvrit les portes.

Depuis fin Septembre 2019, je suis en France. Dieu est fidèle à ses promesses. Je désirais partir en mission et il me l’a accordé. J’ai commencé progressivement d’abord au sein de ma paroisse d’origine. Puis j’ai voyagé en rencontrant des chrétiens du monde entier, dans un pays qui est devenu cher à mon cœur. Aujourd’hui je suis en France et la mission continue.


Bien-aimés de Dieu, tous les jours nous sommes attaqués spirituellement, cela peut nous affaiblir, nous démotiver, démoraliser. Nous pouvons douter de nos capacités, de nos charismes et des dons que Dieu met dans nos vies. J’ai vécu une première conversion en 2007, mais je suis également tombée deux ans après. J’ai douté de l’amour de Dieu à mon égard. J’ai cru ne pas pouvoir me relever de cette douloureuse épreuve, de ce désert dont je ne voyais pas la fin. Malgré cela, Il est resté fidèle, patient et à demeurer à mes côtés.

J’ai mis mon espoir dans le Seigneur, Il m’a accordé ses grâces et une nouvelle conversion.


Mon frère, ma sœur, durant ces épreuves que tu traverses, sache que Dieu se trouve à tes côtés. Que le Feu de l’Esprit Saint continue de briller en toi, même s’il s’affaiblit légèrement qu’il ne s’éteigne jamais. Rappelle-toi que Dieu nous a dit qu’il a mis sa faveur en son Fils Jésus. Tu es aussi son enfant, toi sa fille, son fils bien-aimé(e).

Dieu met également sa faveur en toi. Bien-aimé(e) de Dieu, sois béni(e) en abondance et si tu le veux bien, nous cheminerons ensemble pour suivre le Christ.

« Repentez-vous car le Royaume des Cieux est proche » Matt 3:1

Esther.

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page