top of page

Je t'en prie, ne reste pas dans la culpabilité et la honte : Papa Dieu t'aime, Il t'aimera toujours


Shalom, la paix du Seigneur soit avec toi qui me lis.


Ce message est pour quelqu'un en particulier qui se sent aujourd'hui et depuis peut-être très longtemps, coupable et honteux.

Ces deux états, je les connais bien...

Je me souviens de toutes ces fois où, j'ai porté le lourd fardeau de la culpabilité et de la honte ; notamment lorsque j'étais chrétienne mais dans les péchés d'impureté, avant ma rencontre personnelle avec Jésus et je ne parvenais pas à en sortir. Jusqu'au jour où le Seigneur vint me parler lors d'une retraite spirituelle et me montra son Amour Infini, sa Miséricorde mais aussi Sa Justice. Je me suis repentie et mon coeur était libre, comme jamais je n'avais encore connu la liberté. Je me souviens aussi, qu'après avoir pratiqué l'abstinence sexuelle pendant des années par la Grâce et la Bonté de Dieu, il m'est arrivé de laisser la tiédeur intérieure s'installer, de baisser la garde, de manquer de prudence... Le plus grave est que j’ai parfois perdu de vue l'objectif du Ciel. Ainsi, alors que je partais avec un coeur plein de bonne volonté, il m'est arrivée de chuter dans le compromis des préliminaires sexuelles. Je me suis sentie vraiment petite car je ne pensais pas que je tomberais un jour. Je n'avais, à l’époque, pas compris que c'était la Grâce surnaturelle de Dieu qui me portait et me permettait de résister à la tentation. Mais à travers ces épreuves, le Seigneur m'a montré combien je suis petite et que je ne suis rien sans Lui. Il a touché mon coeur, je me suis repentie et je suis revenue à Lui. Dieu m'a dit combien Il m'aimait et son Amour m'a fortifiée, relevée, guérie. Par la suite, j'ai fini par comprendre pourquoi tout cela était arrivé. Contrairement au début de ma conversion, j'avais cessé d'être radicale, parce que j'en avais marre d'être rejetée, d'être prise pour une "personne venue d'ailleurs", d'être mise à l'écart ou moquée. Oui, j'avais eu cette peur d'être trop radicale dans ma foi. J'ai compris, grâce à l'Esprit-Saint que j'étais encore charnelle et que je n'écoutais ni ses conseils, ni ses avertissements. Je n'en faisais qu'à ma tête et après seulement, je le consultais. Mais mon coeur a commencé à vraiment craindre le Seigneur. J'avais de nouveaux désirs tels que, vouloir me soumettre à sa souveraineté et à m'en remettre à Lui absolument. Cependant, j'ai eu cette troisième chute où j'ai connu un homme dans la chair, alors que je ne souhaitais plus désobéir à Dieu, je suis tombée. Depuis cette fois, j'ai eu en horreur le péché. Mon cœur et l'orgueil ont été brisés. La grâce de la crainte de Dieu m’a été accordée et je ne souhaitais plus partir loin de mon Seigneur. Il m'a montré que l'Enfer ça serait d’être séparé de Lui pour l'Éternité et cette vision m'a fait très mal. Le Seigneur m'a reconstruite comme après une opération chirurgicale, car j'avais été affaiblie par la culpabilité et la honte. Oui, elles étaient là comme un fardeau de condamnation. Or, Jésus, nous connaît mieux que nous-mêmes. Il sait tout, Il sait pourquoi nous avons tel ou tel penchant. Il m'a relevé et redit combien Il m'aime infiniment. Depuis ce jour, le Seigneur a vraiment inscrit dans mon cœur le désir de fuir le péché sous toutes ses formes mais surtout, de rechercher à Lui obéir et à me soumettre à Lui. De me laisser inspirer par Lui et d'apprendre à reconnaître sa Voix en recherchant sa Présence, sa Face... De Lui obéir dans les petites choses de la vie de tous les jours, quand il n'y a personne pour me regarder et quand il y a du monde. J'ai enfin compris que sans Dieu, et sans sa Grâce je ne suis rien. Je n'ai rien pour m'enorgueillir car TOUT me vient de Dieu. Si je l'ai Lui, j'ai tout, si je ne l'ai pas, je n'ai rien, absolument rien. Alors, cela m'est égal d'être appréciée ou pas pour ma foi. Je sais qu'un jour toutes langues dira qu'Il est le Roi, car même les démons savent qu'Il est Le Roi. Le Seigneur m'a permis par la suite de rencontrer celui qui allait devenir mon époux et nous avons pu vivre l'abstinence sexuelle de notre rencontre, jusqu'au jour de notre mariage. Nous avons fait le choix de ne plus nous embrasser afin de ne pas provoquer la chair, mais d'apprendre à nous aimer en passant du temps ensemble à la mer, à la montagne, au cinéma, à l'Église, avec nos proches...

Surtout nous avions compris que l'obéissance à Dieu est l'une des plus belles offrandes que l'on pouvait Lui faire. Mais vous savez, la culpabilité et la honte ont été un lourd fardeau aussi à d'autres occasions, notamment, lorsque j'ai brisé des promesses que je m'étais faites à moi-même, ou aux autres, lorsque je n'ai pas fait ce que j'aurais dû faire, mais que j'ai fait ce que je n'aurais pas dû etc etc.

Un jour, ce sentiment de culpabilité a été si fort, que j'ai souhaité me donner la mort. J’étais partagée entre l’envie de vivre et de saisir à nouveau la main de Dieu et l’envie de mettre fin à mes jours. J’étais totalement perdue. Je souhaitais que le temps s'arrête ou de pouvoir revenir en arrière, changer le cours des choses. Ces voix qui résonnaient sans cesse en moi et qui voulaient me pousser au suicide se sont enfin tues et celle de Dieu a résonné en mon cœur :


"Je t'aime mon enfant. Je t'aime et je t'aimerai toujours. Je t'aime quoi que tu dises et quoi que tu fasses. Tu m'appartiens, tu n'appartiens pas au Malin, tu m'appartiens et j'ai pour toi un amour inimaginable quoi que tu fasses.

Je t'aime. Je ne t'aime pas pour ce que tu fais ou ce que tu m'apportes, mais je t'aime parce-que tu es mon enfant. Je ne t'ai jamais abandonné, pas un seul instant tu n'as cessé de compter à mes yeux. Pas un seul instant, je n'ai cessé de poser les yeux sur toi en particulier. Ce ne sont pas tes actes qui font que je t'aime, mais je t'aime tout simplement.

Que tu m'aimes ou que tu me méprises, je suis l'Amour et je ne peux qu'aimer. Aujourd'hui, c'est le temps de la Miséricorde, le temps où je t'ouvre grand mes bras d'amour. Reviens à moi et je te montrerai la route à suivre, reviens dans La Famille, tout le monde t'attend. Je t'attends mon enfant. Je te donnerai une nouvelle robe, je ferai alliance avec toi, je te ferai du bien, je t'aiderai à surmonter les épreuves, je t'aiderai à faire de ton mieux, je t'aiderai à te relever, je sécherai les larmes de tes yeux. Je t'aime infiniment.

Quand Adam et Eve ont péché, ils ont été envahis par la culpabilité et la honte, mais par le Nom et le Sang de Jésus, tu es pardonnée, tu es justifiée. Reprends-toi, repens-toi, je ne te condamne pas, va et ne pèche plus. Va et cherche ma face, ma présence, la sainteté.

Je suis le Dieu proche, le Dieu vivant, je ne suis pas un menteur, un dictateur ou un charlatan. Je suis l'Alpha et l'Oméga, je suis ton Dieu, je suis ton Père.

Je t'aime.

1 Jean 3:18-20

Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité. Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos coeurs devant lui ; car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses.


Shalom,


Ingrid

Kommentare


Die Kommentarfunktion wurde abgeschaltet.
bottom of page