top of page

"Merci Jésus de nous avoir donné Ta Mère pour Maman !"

Salut à tous chers lecteurs et lectrices de L’OIM blog.

J’espère que vous vous portez bien par la grâce, ou que vous arrivez encore à saisir la main de Dieu dans les difficultés que vous pouvez surmonter en ce moment.

Pour ma part, dans la difficulté je saisis la main d’une personne qui me conduit directement à Jésus (alerte spoiler !) il s’agit de Sa maman : Marie. Oui, elle a été à l’origine de ma rencontre avec Lui. C’est une longue histoire qui a débuté depuis petite mais que je vais essayer de vous résumer.


Lorsque j’étais à l’école primaire, je reçus un jour comme cadeau, une représentation de "Notre Dame de Fatima" (à l’époque je ne savais qui c’était, je pensais d’ailleurs que cette dame représentée s’appelait Fatima). Il s’agissait d’une statue phosphorescente où la Vierge Marie était représentée avec une belle couronne. Lorsqu’arrivait l’heure de se coucher et que la lumière était éteinte dans la chambre, j’appréciais la petite lumière qui émanait de la statuette, j’avais l’impression que la Vierge était plus ou moins présente, à veiller sur moi.


Je dois vous avouer que j’étais une enfant plutôt débordante d’énergie et d’imagination, par conséquent je recevais souvent des fessées et des punitions à cause de mes nombreuses bêtises ☺ Qui dit fessées, dit que j’étais souvent en colère contre ma maman qui n’y allait pas de main morte sur les coups. A son insu je la traitais donc de « méchante » ! « Mauvaise » ! Et tout plein d’autres insultes. Le problème c’est qu’après ces disputes mère-fille (dès l’école primaire je tiens à rappeler), je me sentais mal. Je regardais la statuette et je me mettais à penser à Marie, la mère de Jésus. Je l’imaginais dans ma tête puis je m’adressais à elle en lui disant « Tu es la mère de Jésus ! Je suis sûre que tu es la meilleure des mamans, je suis sûre que toi tu es gentille et douce. Je t’aime. Ma maman, tu vois, elle me donne des coups, je la déteste ! » (Oui les mots d’une enfant de cet âge peuvent être durs). Mais, lorsque je prononçais ces paroles soit dans mon cœur, soit à voix haute, je me mettais à pleurer. J’avais l’impression que c’était le cœur de mère de Marie que j’offensais à ce moment, je lui demandais pardon si je l’avais blessée en tant que maman. Puis, j’étais comme poussée à aller dans la chambre de ma mère pour lui demander pardon. Ce que je faisais presque contre mon gré mais poussée à le faire malgré tout.


Je me souviens d’une fois où ma mère m’avait appelé depuis le salon pour que je vienne vite devant la télé ! Elle avait crié : «  Laurine, fais vite ! Il y a ton Pape préféré à la télé ! » (comme s’il y en avait plusieurs). Ce jour-là, je vis le Pape Jean-Paul II sortir un objet de sa poche en disant «  voici ma prière préférée ». C’était un chapelet. Bien sûr, j’adoptai sur le champ cette forme de prière. A vrai dire je ne connaissais rien au Rosaire, aux mystères médités de la vie de Jésus à travers le chapelet. Je savais juste qu’on répétait plusieurs fois des « Je Vous Salue Marie… » donc je m’étais mise à faire assidument cette prière autant que je le pouvais. Il est vrai qu’à cette époque, pour moi Dieu était abstrait ! On me parlait de lui au catéchisme mais en réalité je n’y comprenais rien. Je savais juste qu’il fallait le prier car il était bon pour nous. Je savais que Jésus était gentil et m’aidait à avoir de bonnes notes à l’école et que je pouvais voir mes amis grâce au catéchisme. Il ne fallait pas mentir, ou voler sinon il fallait se confesser. Il fallait rester sage et obéir aux parents. Voilà quelle était ma relation avec Dieu en résumé.


Avec Marie ce n’était pas pareil. Quand je pensais à elle, je souriais, j’étais bien. Je l’imaginais tellement belle, douce, câline, joyeuse. J’étais fascinée par elle, par son histoire ou du moins du peu qu’on sait d’elle justement. Elle a été choisie pour être la mère de Jésus quoi ! Elle a été enceinte en restant vierge ! J’arrivais davantage à lui parler à elle, à me confier à elle. Pour moi elle était discrètement présente, à l’écoute et disponible pour m’écouter, une vraie maman invisible mais présente dans le cœur. En ce qui concerne Dieu, j’avais une image de lui assez sévère et lointaine, tout là-haut à surveiller si je faisais les choses bien ou pas, prêt à me punir.


Un jour, où j’étais déjà au collège, une dame chez qui nous étions en visite ma mère et moi, me remit une prière imprimée dont l’intitulé était « Auguste Reine des Cieux ». Sauf que celle qui me remit cette prière le fit d’une façon un peu sèche vraiment froide comme si elle avait été contrainte de me donner cette prière. Je ne compris pas trop son attitude, elle qui était toujours joviale et attentionnée. Mais les évènements qui ont suivi me permirent de comprendre cet épisode. Il se trouve en effet que cette fameuse dame, était l’épouse de l’homme que nous visitions ma mère et moi. Nous nous rendions chez eux car il avait des « dons » et parce - qu’il fallait me protéger du mal à ce qu’il paraît. Oui aux Antilles, « les gens sont méchants », il faut faire attention, etc … donc il y a toujours quelqu’un pour vous proposer de rencontrer quelqu’un qui a des dons et qui va vous aider. En fait, cela s’appelle de la magie blanche. Mais nous ne le savions pas ma mère et moi à l’époque. Eh oui, aller chez une personne qui a des dons, donne des prières (parfois chrétiennes, voire bibliques … ou pas), des rituels de protection (bains, parfums particuliers à mettre sur soi, etc), des bijoux de protections (bague, médaillon, etc) et j’en passe. Cela s’appelle faire de la magie, avoir des pratiques ésotériques… en gros, aux Antilles, c’est du « quimbois » (sorcellerie). Or la Parole de Dieu dit dans Deutéronome, chapitre 18, versets 10-12 : « On ne trouvera pas chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui scrute les présages, ou pratique astrologie, incantation, enchantement, personne qui use de magie, interroge les spectres et les esprits, ou consulte les morts. Car quiconque fait cela est en abomination pour le Seigneur (…) »


Pendant des années j’ai donc usé de ces pratiques, tout en continuant à aller à la messe chaque week-end, tout en servant à la chorale. Je pensais que j’avais une protection en plus. Pour moi, j’étais remplie de Dieu car j’étais assidue à la messe, à la prière quotidienne et en plus je mettais en pratique absolument tout ce que cet homme me disait de faire, je ne manquais à aucun rite, je ne sortais jamais sans mes bijoux bénis par cet homme.

Jusqu’à ce que j’arrive à Vie et Partage Paris et qu’il y ait un témoignage dans lequel je me suis reconnue, grâce auquel je compris que tout ceci n’était pas à la Gloire de Dieu. Puis je reçus cette invitation au Festival des Jeunes à Medjugorje (oui encore ce pèlerinage ! Quel moment dans ma vie hein ! ☺ ). Mon amour pour Marie me fit atterrir là-bas. J’étais tellement heureuse d’aller dans un lieu qui allait me rapprocher de ma maman du Ciel ! Mais en fait là-bas, elle ne fit que m’attirer à elle pour me faire rencontrer son Fils. Toute la présence palpable que j’avais de la Vierge Marie pendant toute mon enfance et mon adolescence s’est estompée lorsque j’arrivai à Medj car son unique but durant toutes ces années était que je rencontre son Fils, le Seigneur Jésus Christ. C’est en effet ce qui s’est passé, comme vous avez pu le lire dans les précédents témoignages.


Par la suite, je rencontrai un prêtre à qui je pus confesser ce péché d’occultisme. Je fis des prières de délivrance accompagnée d’un prêtre, puis par des membres de la communauté, car il faut savoir que ces pratiques bloquent notre vie sous tous ces aspects : professionnel, sentimental, santé, et bien plus. Il est donc important de les abandonner tout de suite et de les confesser ! Trop souvent on pense que les gens nous ont fait du mal et que c’est pour cela que nos vies, nos projets n’avancent pas etc mais parfois c’est nous qui ouvrons des portes que nous n’aurions jamais dû ouvrir (horoscope, reiki, yoga, magnétiseur, voyance… la liste est tellement longue).


*A noter que blanche ou noire, rouge, jaune ou verte, la magie reste de la magie. Est dite « magie blanche » celle à laquelle les personnes ont recours pour se « protéger », donc sans avoir l’intention de nuire à autrui. Est dite « magie noire » celle employée pour nuire à d’autres personnes, ou avoir plus d’argent de pouvoir etc. Les autres couleurs ont été évoquées pour ajouter une touche de dérision à ces pratiques qui malheureusement perdent beaucoup d’entre nous, croyants ou pas, chrétiens ou pas.

Merci Jésus de nous avoir donné ta mère pour maman !


PS : n’oubliez pas de jeter un coup d’œil à la fameuse prière "Auguste Reine des Cieux" et vous verrez que Dieu a de la suite dans les idées et comment il avait déjà préparé sa victoire sur l’Ennemi dans ma vie en utilisant Maman Marie

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page