top of page

« … la vérité vous rendra libres » Jean 8, 32

Bonjour à tous,


J’espère que vous vous portez bien 😊 mais si ce n’est pas le cas, que cet article vous apporte un peu de lumière du Seigneur car je souhaite véritablement que tout ce qu’il me permettra d’écrire aujourd’hui soit son unique volonté.

Saviez-vous que : « la vérité vous rendra libres » comme l’a dit Jésus lui-même à ses disciples ? Il s’agit d’abord, d’après mon expérience de la vérité sur soi-même. En effet, c’est parce- qu’un jour j’ai eu le courage d’être en vérité avec moi-même, puis vis-à-vis de Dieu qu’il a pu accéder à mon cœur, à ma vie et à tout transformer et renouveler.

Je m’explique ; avant ma rencontre avec Dieu, le plus dur a été d’admettre l’échec de ma vie (du moins c’est comme cela que je vivais les choses). Je n’étais pas au bon endroit, je n’exerçais pas la profession que je voulais exercer, ma vie sentimentale était un théâtre avec son lot d’échecs, j’avais perdu certaines amitiés, bref cette phase de notre vie où rien ne va mais on fait avec… on subit, on suffoque, on lutte, jusqu’à ce qu’on arrive à se dire STOP.


Je décidai un jour d’accepter la réalité de ma situation et de ne plus faire l’autruche, de ne plus faire semblant, de ne plus faire comme si tout allait bien alors que c’était le chaos intérieurement. A partir de ce STOP, je m’adressai à Dieu. Je lui écrivais souvent des lettres mais là il fallait que je parle à quelqu’un à qui je pourrais TOUT dire, sans faux-semblant, de façon libre. Je lui avais écris ceci : « Seigneur, tu es Dieu, donc tu sais tout, tu vois tout, tu entends tout. Avant même que je n’écrive tu sais déjà ce que je vais dire, mais je vais te le dire quand même ; car il faut que ça sorte…. » et là, je lui disais vraiment tout ce qui me pesait. Je lui posais mes questions, je criais vers lui, je lui avouais aussi certaines choses dont je n’étais pas fière. Et quand ma boule d’angoisse montait, je me mettais à lui demander pardon mais de vive voix cette fois-ci. Après chaque épisode de mise au point en vérité avec Dieu, je ne le savais pas, mais j’expérimentais la libération, la paix et la consolation de Dieu.


Pourquoi je vous raconte cela ? Parce-que jusqu’à maintenant, lorsque je vis des situations difficiles, je prends ce temps de vérité avec Dieu. Je demande à l’Esprit-Saint de me montrer ce qui ne va pas, même si c’est douloureux, car je veux aller de l’avant. Je lui dis souvent : « Seigneur, je sais que quelque chose ne va pas chez moi, est-ce que tu peux le montrer s’il te plaît ? Mais tu me connais Seigneur, en vrai je ne me sens pas prête, donc prépare mon cœur à recevoir ce que tu voudras me montrer ». Généralement Dieu me montre mes péchés, là où je ne suis pas restée dans son Amour et dans l’amour des autres, là où j’ai été égoïste, et j’en passe.


En ce moment, Dieu m’apprend à reconnaître mes faiblesses, mes limites, mes imperfections. C’est très difficile quand on veut plaire à Dieu de tout son cœur de voir qu’on n’est pas parfait(e) et qu’on ne cesse de commettre des péchés, des erreurs etc.

J’étais dans une sorte de perfectionnisme religieux et non plus dans la recherche de sainteté… nuance ! Cela faisait que j’étais intransigeante envers moi-même et par conséquent envers les autres. Cependant, je sais que si Dieu me montre cela, ce n’est pas pour me faire du mal (car Dieu ne blesse pas) mais pour m’aider à être meilleure. Oui, à chaque fois que Dieu est venu me montrer mes erreurs et mes péchés, ce n’était pas pour me condamner mais pour me faire passer des ténèbres à la lumière, et surtout pour faire de moi une disciple selon son cœur.


En conclusion, si je devais vous donner un encouragement ce serait de vous armer de courage afin d’être en vérité avec vous-même, et de venir à Dieu en toute simplicité, sans honte, sans gêne, pour être aussi en vérité avec Lui et faire le point… vous ne serez pas déçus ! Et n’oubliez pas : Il voit tout, Il sait tout, Il entend tout donc pas la peine de Lui cacher quoi que ce soit 😊 C’est vraiment le SEUL à qui on peut tout dire sans crainte d’être jugé et méprisé. Et pourquoi s’adresser à Lui alors qu’Il sait déjà tout d’avance ? C’est juste qu’Il aime bien quand on Lui parle, quand on coopère avec Lui…


« Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !

Tu sais quand je m'assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées.

Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers.

 Avant qu'un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà, Seigneur, tu le sais.

Tu me devances et me poursuis, tu m'enserres, tu as mis la main sur moi.

Savoir prodigieux qui me dépasse, hauteur que je ne puis atteindre !

 Où donc aller, loin de ton souffle ? où m'enfuir, loin de ta face ? » Psaume 138


Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page